Détails de l'actualité

samedi 14 novembre - Solidarité et recueillement

Tous ensemble face à l'horreur des attentats

Depuis l'annonce des terribles attentats qui ont endeuillé la France, vendredi 13 novembre, la Ville de Saint-Péray se mobilise afin de témoigner de son soutien et de son attachement aux valeurs républicaines.


 

Samedi soir, en solidarité aux familles et aux proches des victimes, les élus de Saint-Péray ont souhaité illuminer la mairie par des bougies en signe de recueillement et ont invités les habitants à faire de même.



Dimanche, le Maire, Jacques Dubay, était, comme de nombreux élus de Drôme-Ardèche, aux côtés du Maire de Valence, Nicolas Daragon lors du rassemblement d'unité nationale au Champs de Mars. Parmi les milliers de citoyens venus se rassembler devant le kiosque, de nombreux Saint-Pérollais ont partagé "la même tristesse, la même hébétude mais la même envie de résister".



Lundi, les Saint-Pérollais étaient nombreux pour partager, à midi, devant la mairie, la minute de silence nationale et de témoigner de leur solidarité, de leur unité face à la barbarie au cours d'un rassemblement citoyen et solidaire.


Quelques minutes plus tôt, le Maire Jacques Dubay avait participé à une cérémonie au collège de Crussol.
Avec la principale du collège, Agnès Beynet, ils ont rappelé aux élèves qu'en ces jours de deuil national, ils avaient une responsabilité : celle de conserver ces images dans les mémoires, de faire vivre le devoir de mémoire "qui prend encore plus d'ampleur car cela frappe dans le quotidien".   "Tous Charlie en janvier, tous Paris aujourd'hui mais en fait tous citoyens", ce qui signifie "faire vivre la devise nationale au quotidien", "porter la tolérance vis à vis des autres". Toutes ces actions  " qui contribueront à améliorer les relations avec l'autre permettront de construire un monde meilleur."
Chaque élève avait pu exprimer plus tôt dans la matinée son ressenti et le coucher sur le papier. Ces témoignages individuels dans lesquels certains affirment ne pas avoir peur, d'autres au contraire disent leurs craintes et beaucoup ne comprennent pas que les terroristes s'en soient pris à des victimes qui n'avaient rien demandé, avaient été affichés dans la cour. Avant la minute de silence en l'honneur des victimes, élèves, enseignants, personnel du collège ont allumé une bougie.

129 bougies scintillant sur la façade de l'Hôtel de Ville pour les 129 vies brisées lors des attentats : le symbole voulu par les élus est fort. Comme l'est aussi le signe "peace and love" tracé, toujours avec des bougies, au pied du perron de la mairie.
Chaque citoyen était invité à allumer une flamme, mardi soir, pour un deuxième temps de recueillement et d'hommage qui a, encore une fortement mobilisé les Saint-Pérollais, toutes générations confondues. Une flamme pour "continuer à illuminer même au milieu de l'obscurité" d'après les mots de l'Abbé Pierre, cité par le Maire, Jacques Dubay, dans son discours.

Revenant sur les évènements qui ébranlent la France et les Français depuis vendredi, le premier magistrat a rendu hommage à tous ces êtres, souvent jeunes, qui ont perdu la vie dans des lieux significatifs : un bar, un café, une salle de concert. Il a également associé  les victimes du terrorisme dans d'autres pays ces derniers mois : au Kenya, au Liban, en Turquie, en Egypte...
Jacques Dubay a salué tous ceux qui ont fait preuve de courage pour venir en aide : les forces de sécurité, les secours....

Saint-Péray, comme toute la France a été très touchée par la vague de solidarité et de soutien émanant du monde entier.

Le rassemblement, sobre et empreint d'émotion, s'est achevé par une Marseillaise entonnée avec ferveur par les centaines de personnes présentes.