Détails de l'actualité

dimanche 26 avril - Mémoire Déportation

Une cérémonie pleine d'émotion a eu lieu dimanche

Depuis 1954, la loi consacre le dernier dimanche d’avril au recueillement et de au souvenir en mémoire des victimes et héros de la déportation. C'est en effet au début des années 1950 que les anciens déportés et les familles des victimes ont exprimé leur souhait d’une journée de commémoration nationale destinée à préserver la mémoire de la déportation.

La municipalité saint-pérollaise avec le Maire, Jacques Dubay, les élus, les pompiers et leur nouveau chef de centre, la police municipale, les associations d’anciens combattants, la Dauphine des Vins et du Jumelage, des simples citoyens se sont rassemblés devant le Monument aux Morts pour se rappeler, 70 ans après la libération des camps, de la barbarie infligée à une partie de l’Humanité.

Malgré les vacances, des élèves du collège de Crussol avaient aussi répondu présents. Place du Souvenir Français, avant de procéder au dépôt de gerbe aux côtés de Florent Giraud, adjoint à la citoyenneté, Lucille a lu un texte poignant autour du verbe « Tenir » de Gaston Charlet, déporté au Camp de concentration de Natzweiler-Struthof.

« Tenir » ce fut le verbe le plus conjugué par tous « ceux » de la concentration.

« Tenir », c’était ne pas mourir de faim, en dépit de l’indigence des rations distribuées…

Le texte a été ensuite relu par un de ses camarades au CEP du Prieuré.
Comme l’a expliqué la Principale du collège, Agnès Beynet, certains élèves de 4ème travaillent toute l’année, en dehors des cours, sur le devoir de mémoire dans le cadre du « Club Normandie ». Cela se traduit, en classe de 3ème, par un échange avec un collège de Ouistreham, sur les traces du Débarquement.

De son côté, l’Harmonie de Saint-Péray, qui accompagne musicalement chaque célébration, avait proposé à Monsieur le Maire d’interpréter spécialement pour l’occasion la musique de Liste de Schindler avec la violoniste Camille Antoinet en soliste.

Le public, parmi lequel beaucoup de spectateurs étaient au bord des larmes, a réservé une ovation debout aux musiciens.

Comme l’a expliqué son président Patrick Sapet, ils pensaient depuis longtemps à cette partition et l’arrivée chez eux de  Camille Antoinet, par ailleurs musicienne professionnelle, a permis de concrétiser ce projet.

Jacques Dubay a remercié chaleureusement tous les acteurs de cette cérémonie avant de rappeler que dans le cadre de la commémoration des 70 ans de l’armistice de 1945, la ville organise une Semaine Citoyenne du 4 au 9 mai 2015.